martes, 2 de noviembre de 2010

LES BLANCS SONT FÂCHÉS CONTRE MOI.

J’ai perdu tout espoir de faire valoriser un peu, tout ce que nous avons chez nous au pays. J’ai perdu un peu tout espoir d’expliquer aux blancs, nos réalités de noirs en Afrique et en Europe. J’ai perdu un peu l’espoir de faire changer les points de vue, la perspective sur nous, sur eux, en mettant en évidence les différences culturelles qui nous séparent. J’ai perdu espoir parce certains banalisent tout.

J’ai essayé d’expliquer notre morale, notre code physique et mental; Nos réalités de chaque jour, ce quoi à quoi nous nous confrontons, et tout ce qui est à nous. J’ai essayé d’expliquer un peu comment se sent un immigré qui sort de chez lui, ce qui nous passe par la tête quand nous avons laissé toute notre vie derrière, sans date de péremption et ce qu’on lit dans les yeux de certains de ceux dont on est venu occuper le pays.
J’ai essayé de mettre en valeur nos coutumes, nos croyances parce qu’ils ont parfois des idées péjoratives, méconnaissant nos habitudes et nos religions. J’ai expliqué nos contes pour qu’ils découvrent notre sagesse… pardon, celle de nos ancêtres.
J’ai parlé de la polygamie, j’ai parlé de nos mîtes, de notre tradition orale, j’ai parlé des grands auteurs africains, ceux dont les lectures ont occupé toute notre enfance. J’ai parlé de nos chants, de nos superstitions, du Vaudou et du Fâ. J’ai parlé des Baobabs majestueux, des Caïlcédrats, de notre pharmacopée et de nos sages herboristes. J’ai même parlé de la fausse idée que nous avons de l’Europe et qui fait que des centaines de personnes meurent chaque jour dans la mer à la recherche du mirage d’un faux paradis...

J’ai parlé de nous. J’ai parlé de chez nous.

Mais comme toujours, il y a des gens qui sont bornés. Une société qui parfois se dit ouverte et est bornée à tout ce qui lui est étranger. Les blancs font voir qu’ils acceptent tout, alors qu’ils n’acceptent rien qui ne vienne écrit dans Wikipédia, Google ou Facebook.

Double morale et esprit carré… Et finalement, j’ai perdu espoir.

Il y a des blancs qui sont fâchés contre moi. Peut être parce que je leur ai dit qu’ils ont le « Complexe de Blanc », un complexe qui fait que certains blancs ne veulent pas dire « Noir » en parlant des noirs et préfèrent utiliser des sorties comme « les gens de couleurs », « les gens comme toi »… Mais j’ai dit aussi qu’il y a des noirs qui ont le « Complexe de Noir » et qui pensent que si on les appelle « Noirs » on leur rappelle leur condition de descendants d’esclaves, alors qu’il n’y a rien de grave en ce qu’on t’appelle « noir ».
Ils sont fâchés, peut-être parce que j’ai dit que si ce n’était pas à cause de l’aspect économique, les noirs, nous sommes mieux chez nous et que la société européenne vit un moment social difficile avec sa jeunesse hors de control, des jeunes qui frappent leurs professeurs et même leurs parents; Chose impossible au Dahomey où le respect hiérarchique est une ligne préalablement tracée que nous suivons en anclant nos valeurs de la même manière que le faisaient nos avant-parents. J’ai dit que leurs sociétés sont egoistes et individuelles, qu’ils ne s’adressent pas la parole entre voisins, qu’ils ne se saluent pas et après, ils se vantent de tchatter avec des gens qui sont à l’autre bout de la planète. Ils sont peut-être fâchés parce que j’ai dit qui vomissent les vérité avec l’excuse d’être sincères et sont capables de dire à leurs meilleurs amis : «J’en ai marre d’écouter tes problèmes.», ils se crient dessus et après ils font comme si de rien n'était.
Et peut-être parce que j’ai dit qu’il n’y a pas d’humanité parce que les gens dans la rue ne s’aident pas entre eux, en plus quand tu essayes de les aider, ils s’effraient; qu’ils ont tout pour être heureux et beaucoup ne le sont pas.
Ils se son fâché parce que j’ai écrit que nos maladies à nous sont virales et les leurs, mentales et qu’ils laissent les vieux parents dans des résidences quand chez nous, on les a à la maison. Qu’ils ne s’impliquent pas pour aider les autres et ne donnent pas leur opinion même entre amis. Peut-être aussi parce que j’ai dit qu’en Afrique on ne va pas au psychologue et qu’ils n’arrêtent pas de dire « J’adore la couleur de ta peau », quand c’est terriblement mal vu, par eux, qu’un noir dise qu’il aimerait être blanc et ils te jugent si tu dis que tu aimes Michael Jackson. Peut-être aussi parce que je me suis demandée publiquement si ça valait la peine venir en Europe, parce que finalement tu deviens sans repères et tu n’es de nulle part.

Je ne sais pas pourquoi ils se fâchent quand je n’ai même pas touché l’injuste Histoire d’exploitations sans fin et des barrières géographiques de nos pays qui sont des lignes droites tracées à la règle quand ils se partageaient nos pays comme des bombons. Au contraire j’ai mis en valeurs les nombreux aspects positifs de l’Europe, leur liberté, leur netteté, leur organisation, leur manque de nuire à l’autre, leur bon sens et les opportunités qu’ils offrent aux gens de leur société, leur système économique… J’ai dit que l’Afrique a beaucoup de choses à apprendre de l’Europe, des « Yovos » et du pays des Yovos. De la même manière qu’eux, de nous et de l’Afrique.
Le métissage et le mélange est la richesse du futur.
La fois passée, pendant un dîner, je sirotais tranquillement un verre de vin quand un homme m’a dit de manière hautaine et désagréable : «Vous venez ici boire du vin, alors que chez vous en Afrique vous n’avez même pas de l'eau à offrir.» Je l’ai regardé pendant un instant et je lui ai dit que grâce à lui, j’avais appris une nouvelle leçon, qu’il m’a démontré qu’un ignorant n’est pas nécessairement quelqu’un qui n’a pas été à l’école.
Et le monsieur, piqué, complètement offensé s’est fâché contre moi.

Rien n’est mieux que l’autre. Simplement les réalités sont différentes.


Dédié à mon cousin René Patrick H. qui a passé plusieurs nuits blanches à m’écouter parler de mes textes.
http://yaivi.blogspot.com/


2 comentarios:

Anónimo dijo...

slut cousine
merci pr la dedicace et surtt je pense ke tu devrais plus souvent penser a nous et ecrire en francais sur ton blog. j'ai bcp aimé, a vrai dire j'ai adoré comme j'ai adoré aussi toutes tes publications pr lesquelles j'ai passé des nuits blanches a t'écouter faire la traduction.je te souhaite bcp de courage et surtt ne change pas. reste telle ke tu es!
muaks

IvanBalt dijo...

Bendito Google Translator!!! si no fuera x el no hubiera entendido nada de lo q haz escrito jeje y deja q esos blancos sigan enfadados contigo! tu haz puesto todo tu esfuerzo toda tu intencion en hacerles comprender hacerles ver otra realidad pero seguramente no te perdonan q les digas los defectos de esta sociedad corrompida y enferma q no se preocupan del projimo q critica q lastima en nombre de la "sinceridad" que no son verdaderos amigos de sus amigos igual q no son padres con sus hijos ni tampoco buenos hijos en fin taaaantas cosas q siempre estan pensando en lo material sin ver mas alla de todo eso ufff tantas cosas pero dejalos asi xq tambien estan enojados consigo mismos ;)